Accueil Nos nouvelles
Les adultes âgés dont le régime alimentaire Imprimer

comporte trop de sel

Voir toutes les nouvelles


Une étude menée par des chercheurs du Baycrest à Toronto en collaboration avec des chercheurs de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM), de l’Université McGill et de l’Université de Sherbrooke a permis de déterminer que les régimes alimentaires à teneur élevée en sel associés à une faible activité physique peuvent nuire à la santé cognitive chez les adultes âgés.

« Bien que le lien entre la consommation de sodium et les risques de maladie du cœur soit établi depuis longtemps, il s'agit probablement de la première étude à étendre les avantages d'un régime alimentaire faible en sodium à la santé cognitive chez les adultes âgés en bonne santé » selon Dre Alexandra Fiocco, Ph.D. en neuroscience, chercheure postdoctorale à l'unité de recherche Kunin-Lunenfeld Applied and Evaluative  Research Unit (KLAERU) du Baycrest et auteure principale de l'étude.

L'étude, coordonnée par Guylaine Ferland, P. h. D. en nutrition, chercheure au centre de recherche de l'IUGM, a effectué le suivi de la consommation de sodium et des niveaux d'activité physique de 1 262 hommes et femmes en bonne santé (âgés de 67 à 84 ans) résidant au Québec sur une période de trois ans. Les adultes ont été recrutés dans un vaste bassin de participants dans l'Étude longitudinale québécoise sur la nutrition comme déterminant du vieillissement en santé (NuAge). « Le vieillissement dépend d'un ensemble complexe de facteurs personnels et liés au style de vie. Cette étude - à laquelle ont participé des chercheurs provenant de quatre universités canadiennes - illustre bien comment la collaboration interinstitutionnelle et interdisciplinaire peut permettre des avancées significatives au meilleur bénéfice des personnes âgées », de déclarer Dre Sylvie Belleville, P. h. D. en neuropsychologie, directrice du Centre de recherche de l'IUGM.

Selon Dre Fiocco, « Les résultats démontrent qu'un régime alimentaire à teneur en sodium élevée, combiné à un faible niveau d'exercice, est particulièrement nuisible au rendement cognitif des adultes âgés. Mais la bonne nouvelle est que les adultes âgés sédentaires ne présentaient pas de déclin cognitif au cours des trois années que nous les avons suivis si leur ingestion de sodium était faible ».

Ces données se révèlent particulièrement pertinentes lorsque nous savons que grignoter des collations à teneur élevée en sel durant des activités sédentaires, comme regarder la télé ou passer du temps devant l'ordinateur, est une habitude fréquente pour de nombreux adultes. « Dans un contexte où le vieillissement de la population est important, renseigner le public au sujet des changements de mode de vie qui peuvent contribuer à retarder ou à prévenir le déclin cognitif lié à l'âge y compris l'adoption d'un régime alimentaire plus sain est un moyen de donner aux gens un certain contrôle sur la manière dont la santé de leur cerveau tiendra bon à mesure de leur vieillissement », de conclure Dre Carol Greenwood, Ph.D. en nutrition, l'une des rédactrices principales de l'étude, chercheure à l'unité de recherche KLAERU du Baycrest.

À propos de l'étude

La stratégie de réduction du sodium de Santé Canada recommande que les personnes âgées de 14 ans et plus ne consomment pas plus de 2 300 mg de sodium par jour dans leur régime alimentaire. Dans cette étude, les participants ont été classés comme ayant une consommation de sodium faible, moyenne ou élevée en fonction d'un questionnaire sur la fréquence de la consommation. L'ingestion de sodium était définie comme faible si elle ne dépassait pas 2 263 mg/jour; moyenne à 3 090 mg/jour et élevée à 3 091 et plus (elle atteignait jusqu'à 8 098) mg/jour.

Les chercheurs ont utilisé un Mini examen modifié de l'état mental afin de mesurer la fonction cognitive des participants la première année (conditions de base) et annuellement pendant trois années supplémentaires. Les niveaux d'activité physique ont été mesurés au moyen de la Physical Activity Scale for the Elderly (échelle d'activité physique chez les personnes âgées).

Les résultats de cette étude viennent de paraître dans la version en ligne du journal Neurobiology of Aging. L'étude a été financée par les Instituts de recherche en santé du Canada.

An English version of the Baycrest's press release is available at http://www1.baycrest.org/NewsMediaInformation/LatestNews/OlderAdultswithtoomuchsaltintheirdietand.aspx

Sources : Baycrest, Institut universitaire de gériatrie de Montréal

Pour lire le communiqué de presse officiel, cliquez ici.

Information : Aurélie Bony Communications et affaires publiques
514 340-2800, poste 3212
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.