Accueil Nos nouvelles
Précisions sur un schéma type de progression vers Imprimer

le diagnostic de la maladie d’Alzheimer

21 septembre, Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer

Montréal, le 18 septembre 2015 - Comprendre le chemin suivi par le cerveau souffrant d’un déclin cognitif léger vers la démence de type maladie d’Alzheimer reste une énigme pour la communauté scientifique. Une étude récente de l’équipe de Dre Sylvie Belleville, Ph. D., directrice du Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal et professeure de psychologie à l’Université de Montréal, vient toutefois d’éclaircir la voie en démontrant un schéma type de l’évolution du cerveau vers la démence.

Pour y parvenir, elle a réalisé une étude qui compare sur plusieurs années les changements entre les personnes présentant un trouble léger de la cognition (TLC) qui reste stable dans le temps, et les personnes dont le TLC progresse vers un diagnostic de maladie d’Alzheimer. Ce travail a été mené avec Simon Cloutier, étudiant au doctorat, et une équipe de cliniciens-chercheurs montréalais. Les résultats de cette étude, financée par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), sont publiés dans le Journal of Alzheimer’s Disease.

L’étude a permis de voir que les différents domaines cognitifs (le langage, l'inhibition, les capacités visuospatiales, la mémoire de travail, les fonctions exécutives, etc.) ne présentent pas une trajectoire uniforme de changements. Le déclin n’est pas une pente descendante linéaire. Au contraire, le parcours qui mène à une démence est complexe et peut parfois être caractérisé par des périodes de stabilité, suivies d'une accélération rapide du déclin un an ou deux avant le diagnostic.

« Nous avons réussi à identifier un profil de changements qui caractérise les personnes qui progresseront vers la démence. En fait, une baisse rapide des mémoires épisodique et de travail associée à des difficultés de langage apparaissent comme un profil présentant un risque élevé de démence dans un proche avenir », d’expliquer la chercheuse.

Plutôt que d’y voir une mauvaise nouvelle, la chercheuse Sylvie Belleville voit dans ces résultats un espoir pour les personnes âgées inquiètes de leur mémoire. Selon elle, « Plusieurs personnes se plaignent de leur mémoire. Or, c’est la présence d’un changement qui détermine un risque de progression. Cette étude permet de caractériser les paramètres du déclin chez les personnes qui vont évoluer vers la maladie et donc de mieux séparer les symptômes bénins de ceux qui doivent susciter une attention particulière. Le déclin rapide de la mémoire suggère que l’apparition des symptômes de la maladie s’explique probablement par la perte des processus de compensation du cerveau. »

Par ailleurs, le diagnostic de cette maladie arrive tardivement dans son évolution, parfois jusqu’à quinze ans après ses premiers effets sur le cerveau atteint. Il est important d’identifier des indicateurs précoces afin de pouvoir intervenir le plus rapidement possible.

Dans le cadre de la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer le 21 septembre, Sylvie Belleville offrira une conférence intitulée « Maladie d’Alzheimer : 10 percées importantes des 10 dernières années » ce lundi 21 septembre à 14 h à l’Amphithéâtre Le Groupe Maurice de l’IUGM au 4545, chemin Queen-Mary à Montréal. Entrée libre sans réservation.

À propos de l’auteure principale
Dre Sylvie Belleville, P.h. D.,  est directrice du Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal et professeure de psychologie à l’Université de Montréal. Elle mène des travaux de recherche en neuropsychologie du vieillissement et s’intéresse à la façon dont la mémoire se modifie avec l’âge. Elle est reconnue internationalement pour ses travaux sur la plasticité cérébrale. Elle codirige le Consortium pour l’identification précoce de la maladie d’Alzheimer – Québec (CIMA-Q). Elle a reçu de nombreux prix d’excellence, dont celui de l’Ordre des psychologues du Québec. La revue Canadian Psychology l’a identifiée parmi les 10 professeurs de psychologie clinique les plus influents au Canada.

Référence
Patterns of Cognitive Decline Prior to Dementia in Persons with Mild Cognitive Impairment. Journal of Alzheimer’s Disease JAD 47(4):901-913, 11 août 2015 DOI 10.3233/JAD-142910

Financement
Cette étude a été financée par les Instituts de recherche en santé du Canada.

À propos de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM)
L’IUGM dispose de 446 lits de courte et de longue durée et d’un centre ambulatoire. Son centre de recherche est reconnu comme le plus grand de la francophonie dans le domaine du vieillissement. Membre du grand réseau d’excellence en santé de l’Université de Montréal, l’IUGM accueille chaque année des centaines d’étudiants, stagiaires et chercheurs. Depuis le 1er avril 2015, l’IUGM fait partie du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

À propos du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-CSMTL)
Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-CSMTL) est né le 1er avril 2015 de la fusion de dix établissements de santé et services sociaux situés sur l’île de Montréal. Il offre des services à une population de près de 300 000 Montréalais résidant dans la partie sud de l’île de Montréal, comprenant les arrondissements Ville-Marie, Verdun, Sud-Ouest, Plateau-Mont-Royal et, partiellement, Rosemont–La Petite-Patrie. De plus, il a la responsabilité régionale de plusieurs mandats, notamment de la réadaptation, des  services jeunesse, de la santé publique et des mesures d’urgence. Le CIUSSS-CSMTL comporte une importante mission universitaire dont quatre instituts et deux centres affiliés universitaires dans différents secteurs de la santé et des services sociaux.

                                                                                               –30–

Une copie de l'étude complète peut être envoyée sur demande aux représentants des médias.

Version anglaise: cliquez ici

Source : Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM), CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal

Information : Geneviève Desrosiers
                    Communications et affaires publiques 
                     Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
                    514 340-2800, poste 3298