Extrait du site web www.iugm.qc.ca

Exemples de troubles cognitifs Imprimer

RETOUR

Exemple de Jeanne

Jeanne souffre de déficiences cognitives sévères, mais elle est généralement calme et souriante. Cependant, son comportement change radicalement lorsque sa sœur lui rend visite. Elle est alors beaucoup plus agitée et cherche désespérément à quitter sa chambre. Les proches de Jeanne s'inquiètent de ce changement de comportement. Après réflexion, sa sœur, peinée de la voir si agitée, s'est rappelée qu'avant son entrée en centre d'hébergement, Jeanne et elle faisaient régulièrement des promenades. Aujourd'hui, Jeanne a encore le réflexe de sortir pour passer de bons moments avec sa sœur.

Exemple d'André

Quand André rend visite à sa mère après une journée de travail stressante, il remarque qu’elle semble nerveuse, qu’elle fait souvent tomber des objets et qu’elle a plus de difficulté à manger. Elle perçoit sans doute, dans le ton de la voix de son fils, qu’il est épuisé et qu’il n’a pas autant de patience que les autres jours, ce qui provoque sa nervosité.

Exemple de Witold

Witold chante une chanson que sa mère aime, et elle bouge le pied pour battre la mesure. Ce petit battement de pied indique sans doute qu’elle est heureuse de l’entendre chanter.

Exemple de Louisa

Il est préférable de dire : « Pas facile aujourd’hui de tenir ton verre de jus, maman, hein ? », plutôt que : « Bois comme une grande, tiens ton verre ! ».

Exemple de Richard

Richard est au près de sa femme qui réside dans un centre d'hébergement.  Il demande au préposé qui est dans la chambre de sortir avec lui dans le corridor car il aimerait lui dire qu'il trouve sa femme confuse aujourd'hui.
Richard a bien fait de prendre le soin de ne pas parler de son inquiétude devant sa femme.

Exemple de Simone

Simone a apporté à son mari une boîte de ses biscuits préférés. Il en mange un avec appétit et lui dit que c’est la première fois qu’il savoure d’aussi bons biscuits. Simone n’essaie pas de le convaincre qu’il en a mangé pendant 20 ans : il ne s’en souvient plus. Elle dit seulement : « Je savais bien que tu les aimerais ».

Exemple de Michèle

En arrivant au centre d’hébergement, Michèle s’informe auprès de l’infirmière-chef de la condition physique de son mari. Ainsi, les quelques fois où on lui a annoncé que son mari souffrait de constipation, un effet secondaire d’un nouveau médicament, elle a tout de suite compris qu’elle n’était pas la cause de ses sautes d’humeur, mais qu’il exprimait ainsi sa souffrance.

RETOUR

 


Source: Francine Ducharme et al., Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée et à la famille, rév. 2015.