Mieux communiquer Imprimer



QUELQUES STRATÉGIES POUR MIEUX COMMUNIQUER AVEC VOTRE PROCHE

Éléments-clés : principes généraux

  • Établissez une relation de confiance (climat chaleureux, reconnaitre les émotions…)
  • Rappelez-vous des effets de la maladie sur ses comportements (mémoire, attention, reconnaissance des objets et des personnes, jugement…)
  • Cherchez le sens de ses comportements (ils traduisent des émotions, des besoins, une tentative de s’adapter…). Votre proche possède une mémoire « affective », c’est-à-dire qu’il peut se souvenir de l’émotion vécue sans se souvenir de l’événement ayant provoqué l’émotion. Par exemple, en voyant telle personne, il devient agité sans se souvenir de l’événement vécu avec cette personne.
  • Tentez de maintenir la cohérence et la constance
    • Cohérence entre ce que vous dites et ce que vous faites.
    • Les routines sont importantes.
    • Ajustez vos attentes aux capacités de votre proche pour ne pas vivre de frustration et de déception.


DES MOYENS CONCRETS POUR FACILITER LA COMMUNICATION


Votre langage et votre discours verbal et non verbal

  • Placez-vous face à votre proche, à sa hauteur, et établissez un contact visuel.
  • Parlez lentement, calmement, avec un ton doux et rassurant.
  • Annoncez le sujet principal du message et ne dites qu’un message à la fois (ne changez pas de conversation).
  • Utilisez des phrases courtes et simples en évitant les longues explications (utilisez des mots et des expressions que votre proche connait).
  • Offrez des choix limités et qui demandent des réponses faciles et courtes (par exemple: aimerais-tu porter ta robe rouge ou ta robe bleue? Plutôt que: « que veux-tu porter aujourd’hui? ».
  • Évitez les phrases négatives comme « Je ne veux pas que tu sortes sans ton manteau ». Transformez-les en phrases positives… « Tiens, voici ton manteau… ».
  • Évitez les mots qui peuvent faire réagir (« non! »).
  • Évitez les discussions qui mènent à l’exaspération… ce qui peut vous aider est de ne pas contredire, ne pas tenter d’argumenter et surtout de rationnaliser … il n’a plus la capacité de juger et ce qu’il dit n’a peut-être plus de sens pour vous.

Votre qualité d’écoute / Réaction et réponse de votre proche

  • N'insistez pas si votre proche n’a pas envie d’écouter… revenez plus tard.
  • Donnez le temps de répondre… abstenez-vous de l’interrompre. Il doit trouver les mots pour le dire et c’est difficile pour lui.
  • Si votre proche ne comprend pas votre message qui est pourtant simple, répétez-le de la même façon.
  • Si votre proche pose toujours les mêmes questions ou répète les mêmes histoires, parlez-lui d’autre chose et poursuivez une activité différente avec lui (diversion).
  • Si votre proche change de sujet au milieu d’une conversation ou s’il fait des commentaires qui n’ont aucun rapport avec la conversation, laissez-le parler de ce nouveau sujet qui semble l’intéresser. N’insistez pas pour revenir au sujet initial.

Lorsque la communication verbale est difficile

  • Si votre proche est très difficile à comprendre, tentez d’identifier les mots-clés dans ses phrases et démontrez notre intérêt à le comprendre.
  • Éliminez le plus possible les bruits inutiles (radio, TV)… emmenez-le dans un endroit tranquille.
  • Lorsque c’est possible, utilisez des objets qui illustrent ce dont vous parlez (par exemple, montrez-lui la débarbouillette avant le bain, le pyjama avant d’aller au lit, etc.)
  • S’il éprouve de la difficulté à lire, écrire ou compter, lisez à haute voix, écrivez le message pour lui ou comptez avec lui.
  • Employez des gestes, des mimiques et des démonstrations pour vous faire comprendre.